Sign in / Join

Un primate menacé d'extinction : le loris grêle

De son nom scientifique Loris tardigradus, le loris grêle est une sorte de mammifères primates appartenant à la famille des loridae. Ce strepsirhinien vit bien caché dans la forêt tropicale humide, plus précisément au Sri Lanka. De plus, c’est l’un des rares mammifères à produire une toxine. Découvrez dans cet article cette espèce rare menacée d’extinction.

La description du loris grêle

Le loris grêle est un animal à l’allure pas très imposante et à fourrure gris-roux, qui s’éclaircit à la fois sur le ventre et sur le pourtour de la face. Cette espèce ne saurait passer inaperçue grâce à ses très grands yeux, bien cerclés d'une tache noire. Cet animal a une face plate et un fin museau allongé avec des oreilles toutes rondes tournées vers l'avant.

A découvrir également : Quelle tortue adopter ?

Le corps de ce mammifère mesure entre 18 et 25 cm, mais une fois adulte, son poids peut être compris entre 85 à 369 g. Cependant, le loris grêle n'a aucune queue apparente. Ses quatre membres sont grêles, et leurs antérieurs légèrement plus courts avec des doigts préhensiles dotés de petits ongles.

Le mode de vie du loris grêle

Très apte à grimper sur les arbres, c’est le seul primate et l’un des rares mammifères capables de sécréter une toxine. Le loris grêle est un insectivore. Dans la nature, cette espèce est presque sous-alimentation protéinée. Elle raffole alors d’insectes lents et les préfèrent à l’odorat fort, compte tenu de son sens du goût peu développé. Le loris grêle préfère alors des insectes au goût répugnant pour la majorité d’autres espèces, comme certaines punaises par exemple.

A lire également : Quel eau pour une tortue d'eau ?

Ce mammifère aux mœurs nocturnes préfère se nourrir d’insectes, de feuilles tendres, de lézards, de fruits, de bourgeons et même d’œufs d’oiseaux. C’est ainsi qu’il est plus à l’aise dans une niche écologique où il y a moins de concurrence. Une fois la journée tombée, il se repose sur un nid de feuilles ou sur un arbre creux.

Il s’agit d’un animal social, qui vit non seulement en couple, mais également en petits groupes. La femelle chez cette espèce est considérée comme adulte une fois qu’elle est âgée de plus de 10 mois. Elle est alors capable d’être en œstrus deux fois l’année. Après Ůnë gestation de 166 à 169 jours, elle donne un ou deux petits qu’elle n’allaite que durant six à sept mois.

Répartition et variété du loris grêle

Le loris grêle est une espèce endémique du Sri Lanka. Quant à la sous-espèce Loris tardigradus, elle est présente sur l’île au sud du pays. Cet animal vit aisément au sein des forêts tropicales humides de montagnes et de plaines. Mais vous pouvez également les retrouver dans les forêts marécageuses côtières, en deçà de 470 mètres d’altitude.

La sous-espèce Loris tardigradus nicticiboides ou loris grêle des plaines d’Horton n’a été aperçue que cinq fois depuis 1937. La quatrième était loin en 2002, ce qui a suscité des inquiétudes. Mais en 2009, cette sous-espèce a encore été aperçue dans le massif montagneux du centre du Sri Lanka.

Une espèce maltraitée et en voie d’extinction

Le Loris tardigradus est sur signal rouge selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ce niveau de menace pèse sur cette espèce depuis 1996. C’est ainsi que pour empêcher son extinction et celles des sous-espèces, plusieurs organisations zoologiques ont lancé plusieurs programmes. Ces derniers avaient pour but d’identifier les créatures originales les plus vulnérables de la terre à l’instar du loris grêle.

Cependant, les loris sont des animaux victimes de braconnage. En effet, plusieurs braconniers exterminent ces animaux pour les revendre à des touristes ou à des particuliers venant de plusieurs horizons. Les statistiques parlent de 30 à 90 % de loris braconnés et embrigadés dans des cages où ils meurent très souvent.

D’un autre côté, lorsqu’il est captif, ses maîtres ont tendance à le positionner dans un espace à l’étroit. De plus, certains l’exposent à la lumière, alors qu’il s’agit d’un animal nocturne. Ses propriétaires vont même parfois jusqu’à lui arracher ses canines à la pince et sans anesthésie. Un acte de cruauté simplement pour se prévenir de la toxine du loris grêle.

En définitive, le loris grêle est un animal aux caractéristiques particulières, ce qui attire les curiosités et en fait une espèce traquée et braconnée.